mercredi 30 janvier 2019

A L'HAY LES ROSES, CE SONT DESORMAIS DEUX ESPACES VERTS QUI SONT MENACES D'ETRE RASES !!!!


CE N’EST PLUS UN MAIS DEUX SQUARES QUI SONT DANS LE COLLIMATEUR DU MAIRE AVEC SES PROJETS QUI VONT DETRUIRE DEFINITIVEMENT CES DEUX ESPACES VERTS (ALLENDE ET JOUHAUX) !

Où en est-on aujourd’hui de la lutte pour empêcher le maire de réaliser ses projets désastreux ?
1 - Construction de 136 logements et 2 300m2 de commerces, devant la Roseraie, en rasant tous les arbres du secteur impacté par ce projet immobilier démesuré, notamment tous ceux du square Allende qui participent à la protection de la Roseraie,
2 - Reconstruction du marché Locarno sur le square L. Jouhaux, avec l’abattage de ses nombreux arbres pour un projet coûteux et inadapté aux besoins des l’haÿssiens.

- Un maire qui refuse toujours d’ouvrir le dialogue pour co-construire des projets citoyens, et fait semblant de vouloir mettre au point un Agenda 21, sans écouter ses concitoyens qui refusent à 95% la destruction des espaces verts de la commune !
- Un maire qui n’a pas l’air de savoir ce qu’est un écoquartier, c’est à dire un quartier conçu sur la base du développement durable et de la participation citoyenne !

Il est encore possible de faire stopper ces projets ?
Cela dépend de notre mobilisation à tous

ALUDHAY avec d’autres associations ou collectifs de l’Hayssiens (LHAYENCOMMUN, Beton’a-tort, «Touche pas ma Roseraie »...) poursuit ce combat :

- Distribution de tracts, pétition «La Roseraie en danger» (12 800 signataires à ce jour !),
- Rassemblements publics sur le square comme les 20 octobre et 30 novembre 2018,
- Point fixe de discussion sur le square ALLENDE tous les samedis matin de 11H00 à 12h30,
- Echanges avec les citoyens, les commerçants...
- Signature de pétitions,
- Collecte de fonds pour mener l’action judiciaire (chèque à libeller à l’ordre d’ALUDHAY), etc…

- Parallèlement, de premières actions judiciaires ont été engagées fin décembre par des élus de l’opposition et ALUDHAY, contre des décisions du Conseil Municipal, et bientôt contre les premiers permis de construire qui devraient être prochainement validés par le maire ! Ces recours sont menés avec l’aide d’un avocat compétent.
- Un recours amiable a été déposé au Territoire 12 (Grand Orly-Seine Bièvre-Seine Amont et Bièvre), qui a l’autorité sur les questions d’aménagement, pour contester certains points du PLU.
- Des courriers ont été adressés et des rencontres menés avec le Département du Val de Marne, propriétaire de la Roseraie.


Dorénavant, l’action s’élargit au square Léon Jouhaux, pour gagner !

Mi-décembre, le permis de construire du nouveau marché sur le square L. Jouhaux a été déposé par Citallios, l’aménageur choisi par la ville.
Et c’est donc ce deuxième front que nous ouvrons sans délai :
- Un nouveau tract-pétition est en chantier. Un nouveau rassemblement public s’organise !

Rien n’est fait. Nous avons encore la possibilité de bloquer ces projets destructeurs d’espaces verts, via les Permis de construire ou d’aménager

Nous devons également faire monter la protestation contre le fait qu’aucune Etude d’Impact, pourtant exigée en avril 2018 par la DRIEE, n’a toujours pas été réalisée.
Le préfet du Val-de-Marne, saisi par lettre recommandée en décembre pour appliquer avec vigilance son devoir de contrôle de légalité des actes administratifs, n’a toujours pas répondu !

ALUDHAY va tenir prochainement son assemblée générale annuelle dont vous serez informés. Ce sera l’occasion de compléter ces informations et de décider ensemble de nouvelles actions à engager !

Beaucoup de moyens sont encore à notre disposition afin de poursuivre le combat pour gagner le droit à une ville harmonieuse, se développant de manière concertée, réfléchie et équilibrée.

Vous êtes indispensables au succès de ces actions et nous savons pouvoir compter sur vous.
Nous vous en remercions.

ADHESION 2019

PLUS NOMBREUX, NOUS SERONS MIEUX ENTENDUS !!!

UN NOUVEAU PHOTOMONTAGE DU PROJET COEUR DE VILLE !


dimanche 23 décembre 2018

LA MOBILISATION CONTINUE

LA MOBILISATION CONTINUE LES SAMEDIS MATIN DEVANT LE SQUARE ALLENDE, POUR SAUVER LES ARBRES QUI PROTEGENT LA ROSERAIE

Comme tous les samedis depuis notre rassemblement du 30 novembre, des citoyens actifs et déterminés se relaient pour tenir le « point fixe » d’information de la population, devant le square Allende.

                     IL EST TOUJOURS POSSIBLE D'ARRETER CE PROJET !!!
Et, depuis le 30 novembre, des dizaines de personnes sont venues :
- recueillir un complément d’information sur le projet désastreux du maire, devant la Roseraie,
- porter leur signature sur la pétition en cours,
- écrire quelques mots sur le cahier de recueil d’expressions citoyennes et discuter de ce projet.

Ce samedi 22 décembre, ce sont ainsi plus de 700 € supplémentaires qui ont été recueillis, pour aider à mener les actions en justice, rendues malheureusement nécessaires par l’entêtement du maire qui refuse obstinément tout dialogue, toute concertation.

Ces «point de rencontre» se tiendront encore en janvier, tous les samedis matin, et encore après si le besoin s’en fait sentir, jusqu’à l’abandon de ce mauvais projet ou – peut-on encore y croire ? – si le maire, comme le demande la population locale, mais aussi les 11 700 signataires de la pétition (au 22 décembre) lancée sur internet à destination du ministre de l’environnement, se décidait à stopper les projets actuels et ouvrait une véritable concertation.
samedi 22 décembre

-----------------------------------------------------------------------------------------------
VOYEZ COMME LE MAIRE DE L'HAY-LES-ROSES MAITRISE L'AMENAGEMENT DE LA VILLE !

Lors du Conseil municipal du 20 décembre, Pierre Coilbault évoque les 800 logements que le maire a prévus sur la pointe Paul Hochart à la place du mix logements /activités initialement porté par le projet d’Eco-Zac Paul Hochart qu’il a abandonné, et l’interroge sur le nombre de logements qu’il prévoit sur l’îlot de la future gare de métro, 300 logements ou plus ? Combien de bureaux, de lieux d’activité ?
Le maire hésite, sans être en mesure de répondre, et renvoie la question à la Société du Grand Paris, aménageur du pourtour des gares sur l’ensemble du Grand Paris et aux promoteurs qui investissent les sites alentours !
Certes, la Société du Grand Paris a la haute main sur les opérations qui entourent les gares, mais dans une ville, c’est d'abord au maire, avec l’appui de sa population avec laquelle normalement il devrait largement débattre, qu’il revient de fixer des objectifs de développement urbain.

C’est au maire de fixer des grands enjeux et de se battre, si nécessaire, encore une fois avec l’appui de sa population mobilisée à cet effet, pour obtenir une cohérence du développement urbain de sa ville en fonction des grands objectifs de croissance et de répartition définis dans le PADD (Programme d’Aménagement et de de Développement Durable) qui cadre le Plan local d’Urbanisme de la commune.
Il y a donc matière à s’inquiéter de l’absence de projet, de vision urbaine de la part du maire ; d’autant plus qu’aucune concertation n’a été réellement engagée sur la ville pour ce projet comme pour les trois autres (Coeur de ville, Locarno, Pointe Hochart).

L’Haÿ-les-Roses va-t-elle être livrée aux Promoteurs et à la Société du Grand Paris sans que la population puisse dire ce qu’elle en pense et ce qu’elle souhaite ? Sans que s’ouvrent enfin les ateliers publics d’échange et de réflexion que beaucoup réclament depuis des mois ?

           Ou alors, que faudra-t-il faire pour qu’il en soit autrement ?

mardi 18 décembre 2018

SIGNEZ et FAITES SIGNER LA PETITION


La nouvelle pétition, diffusée internationalement, a déjà recueilli plus de 12 000 signatures (au 22 décembre) !

LE LIEN


Il est indispensable de la diffuser très largement autour de soi, par tous les réseaux possibles...

      IL EST ENCORE POSSIBLE DE STOPPER CE PROJET DESASTREUX

LETTRE AU MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT


Objet : demande d’intervention en urgence pour sauver les abords de la Roseraie du Val-de-Marne à l’Haÿ les Roses.  

Monsieur le ministre, 

Une opération d’envergure « cœur de ville » est prévue à l’Hay-les-Roses avec la construction de 136 logements et 2300 m2 de commerces à 12 m de la Roseraie, classée Monument historique et labellisée jardin remarquable par le ministère de la culture. Cette opération implique les travaux d’abattage des arbres du square Allende, prévus dès décembre 2018. Or, personne n’a jamais pu consulter la moindre étude d’impact pour ce projet.

Toutes les institutions, associations, personnalités qualifiées tant en matière de patrimoine culturel, horticulture, collections végétales spécialisées qu’en environnement ont exprimé leur totale réprobation par rapport à ce projet déraisonnable aussi bien au Maire qu’au propriétaire de la Roseraie (le Conseil départemental). Ce projet étant en contradiction avec les « valeurs professionnelles » des architectes du patrimoine et paysagiste de l’Etat, comme la demande sociale qui s’exprime notamment en milieu urbain, pour le respect de principes plus vertueux en matière d’écologie.

Cette opération prévoit l’arasement du haut coteau de la Bièvre à l’Hay-les-Roses ; ce bouleversement des terrains naturels va entraîner une modification irrémédiable de la topographie, de l’hydrogéologie du bassin versant de la Bièvre, des sols, du milieu et du paysage. En effet le terrain prévu pour la construction est celui du square boisé Allende que le projet veut faire disparaître. Pour information, les différents projets de la municipalité prévoient la disparition de 3 autres squares municipaux (Baudin, Jouhaux, Lallier) qui n’apparaissent plus dans le zonage en espace naturel dans le nouveau PLU de 2016.

Les principes de précaution élémentaire prévus en matière d’environnement n’ont jamais été mis en œuvre…. 


…..Une étude d’impact a été demandée par la DRIEE à la société SCCV EMERIGE le 17 avril 2018 sur son projet qui a le même contour que celui pour lequel M. Jeanbrun avait obtenu une dispense d’étude d’impact par la DRIEE le 29 avril 2016…

 Pour faire passer le projet, la commune a systématiquement qualifié le square Allende de « parking » y compris lors de l’enquête publique de déclassement par anticipation du square en juin 2018.  Le code de l’environnement impose que l’étude d’impact soit jointe au dossier de l’enquête. Pourtant cela n’a pas eu lieu. 


Le maire dit qu'une étude d'impact va avoir lieu sur le projet de Emerige plus tard mais occulte le fait que l’aménagement « cœur de ville » par la société Citallios ne prévoit de faire aucune étude d’impact avant de raser tous les arbres du square Allende, de la rue Watel, de la rue des Tournelles, soit une centaine d’arbres au total. 


D’ailleurs l’opération est en cours, puisque dès le 10/10/2018, plusieurs maisons dans le secteur du projet rue des Tournelles, dont une ferme ancienne au 17 et 17 bis de la rue des Tournelles (témoins du vieux bourg rural rattaché au château de la Tournelle, en principe protégées par le PLU),  ont été démolies sans affichage légal préalable de deux mois sur le terrain pour le recours des tiers
Les travaux se poursuivent dans le périmètre de 500 m du monument historique de la Roseraie qui est un patrimoine vivant. Aucune précaution particulière n’est prise et les poussières, y compris d’amiante, sont laissées sur le chantier au détriment de la population. Le maire a été alerté mais n’a pas jugé utile de faire usage de ses pouvoirs de police.


On assiste à un "saucissonnage" du projet sans aucun sens afin d'échapper à l'étude d'impact globale imposée par le code de l'urbanisme et de l'environnement. Or d’après l’article L122-1-1 du code de l'environnement et surtout l’alinéa III, l’étude d’impact globale doit être réalisée en amont du projet et produite dès la première autorisation, y compris de démolir dans le secteur du projet. La population doit également pouvoir consulter l’étude d’impact bien en amont du projet afin de pouvoir participer à la concertation….


… Il nous parait prioritaire que le ministère de la transition écologique et solidaire intervienne pour qu’enfin soient prises en compte les incidences environnementales de ce projet en faisant appliquer le principe de précaution. Nous vous transmettons pour cela le courrier que nous avons envoyé récemment au préfet du Val-de-Marne.

Vous en souhaitant bonne réception, je vous prie d’agréer, monsieur le ministre, l’expression de ma considération distinguée.

lundi 3 décembre 2018

LA MOBILISATION GRANDIT ! LE MAIRE DOIT COMPRENDRE QUE SON PROJET N’EST PAS LE BON !


RASSEMBLEMENT DU 30 NOVEMBRE - SQUARE ALLENDE
LA MOBILISATION GRANDIT !
LE MAIRE DOIT COMPRENDRE QUE SON PROJET 
N’EST PAS LE BON !
Ce nouveau rassemblement, un mois après celui du 20 octobre, a démontré que la mobilisation s’amplifiait, contre ce désastreux projet.


Près de 200 personnes ont bravé la nuit et le froid pour dire encore plus fort NON au projet du maire.

Les prises de parole ont montré le caractère non partisan, factuel, ouvert et déterminé de ce rassemblement.

Des banderoles et pancartes, porteuses des thèmes défendus, ponctuaient la manifestation.
Les registres ont permis de collecter témoignages, slogans et argumentaires.

Dans une ambiance attentive, chaleureuse, d’échanges argumentés, le rassemblement a marqué un nouveau moment important de la lutte collective pour tenter de stopper ce mauvais projet.


La nouvelle pétition, diffusée internationalement,
a déjà recueilli plus de 1 000 signatures au 3 décembre
LE LIEN : https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/roseraie-hay-roses-danger/53347
Il est nécessaire de la diffuser très largement autour de soi,
par tous les réseaux possibles

De nouveaux fonds ont également été collectés (120 €). Des frais juridiques importants sont en effet à prévoir. Des actions de recours juridiques contre les permis de construire (en cours d’instruction) sont en préparation.
63 nouvelles signatures ont été collectées sur la pétition locale qui s’ajoutent aux 717 signatures déjà récoltées sur nos différentes pétitions locales (format papier).
------------------------------------------------------------------------------------------------