mardi 23 juillet 2019

LE MAIRE SIGNE LES PERMIS DE CONSTRUIRE EN CE DEBUT JUILLET !


DEBUT JUILLET : FEU D’ARTIFICE AVANT L’HEURE !
LE MAIRE
VIENT DE SIGNER
LES PERMIS DE CONSTRUIRE


LES DEUX DERNIERS GRANDS SQUARES DE L’HAŸ-LES-ROSES
SOUS LE BETON ?
 
IL N’Y A JAMAIS EU DE DIALOGUE POSSIBLE, LES RECOURS 
VONT DONC ETRE DEPOSES


 
Pendant l'été, le collectif maintient ses permanences tous les samedis à partir de 10h45, sur le trottoir de la Roseraie.
Depuis plusieurs semaines, il n'y a jamais eu autant de signatures contre ces projets. Mobilisons-nous encore plus massivement : ces projets immobiliers ne sont pas encore réalisés et peuvent être stoppés !




LE MAIRE A SIGNE LES PERMIS DE CONSTRUIRE !


Sans prendre la peine de lire le contenu des avis déposés sur les registres des deux consultations publiques, que ce soit pour « Cœur de Ville » comme pour le nouveau Marché Locarno, le maire de L’Haÿ-les-Roses, Vincent Jeanbrun, vient de signer (en ce début juillet, début des vacances et des 2 mois de délai légal des recours...) le permis de construire du nouveau marché, ainsi que le permis d’aménager de Cœur de Ville, de même pour les deux permis de construire des 92 et 42 logements pompeusement appelés « Roseraie » et «Tournelles ».
« Roseraie » et « Tournelles » : dénominations marketing pour le moins cyniques des projets immobiliers du maire qui :
- D’une part, mettent irrémédiablement en péril notre Roseraie internationale et ses collections uniques. Tous les spécialistes et scientifiques sont unanimes à le dénoncer.
- Et d’autre part, ont déjà détruit une partie du patrimoine historique que représente la rue des Tournelles : les magnifiques caves vinicoles sont sous des tonnes de gravats et la plus ancienne ferme de L’Haÿ (Maison du Roman populaire), parfaitement salubre, a été transformée en parking…

UNE CARICATURE DE CONCERTATION, AUCUNE ECOUTE DES L’HAŸSSIENS !
 
Pour "Cœur de béton", depuis 2016, notre association, rejointe par des collectifs, a tenté sans relâche de faire évoluer ce projet, désastreux pour la Roseraie, désastreux pour l’environnement, désastreux pour le commerce de proximité, désastreux pour l’identité historique du centreville…
Et de plus, ce sont les impôts des L’Haÿssiens qui vont en partie financer cette privatisation de l’espace public, contre l’intérêt général.
 
Depuis 2016, hormis un recul supplémentaire de 3 m des bâtiments (
parfaitement calculé pour laisser croire à une pseudo-écoute…) et qui ne changera rien à la catastrophe annoncée, le maire n’a pas bougé d’une ligne.
Toutes les personnes qui ont réfléchi, se sont informées et ont exprimé un avis murement pesé et argumenté, se sont fait traitées d’opposants hystériques ! Au mieux, "on" ignore ce qui a été écrit ou "on" déforme le propos.
Ainsi lors de la dernière réunion publique du 15 mai dite de "concertation", où pendant plus de 3 heures, toutes les interventions du public unanimement ont été contre ce projet : pas une proposition, pas une suggestion n’ont été prises en compte !
 
Bref, comme on le constate, "on" n’en a rien à faire de ce que pensent et écrivent les citoyens de la ville. Et "on" signe à tour de bras des autorisations de construire ou d’aménager, nonobstant certains aspects ou omissions qui frisent ou dépassent la légalité.
La suite dira où est la vérité...
 
LES L’HAŸSSIENS NE VEULENT PAS DE CES PROJETS IMMOBILIERS 
INUTILES, COUTEUX, QUI DENATURENT LA VILLE 
ET DETRUISENT L’ENVIRONNEMENT !

La grande majorité des habitants de la ville ne veulent pas de ces immeubles laids et hors d’échelle qui vont détériorer la Roseraie, ou de cette luxueuse Halle "pour riches" qui devrait remplacer un marché populaire que l’on peut reconstruire intelligemment sur le site actuel. Les commerçants non plus n’en veulent pas : qu’importe "On va en prendre d‘autres !"
Comme le maire veut absolument changer la sociologie de la ville, la « gentrifier », il fait construire des logements pour très riches (viendront-ils ?). Pour cela, il n’hésite pas à sacrifier nos derniers espaces naturels et à expliquer, à grand renfort d’une coûteuse communication "payée par le promoteur et l’aménageur…", qu’il y aura plus d’espaces verts après….


LES L'HAYSSIENS MERITENT BEAUCOUP PLUS DE RESPECT ET D'ECOUTE !!!

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

UN NOUVEAU JARDIN A LA PLACE 
DU SQUARE ELMELIK !

Il fut un temps où les projets, avant d’être engagés, étaient présentés et débattus au Conseil municipal de la ville ! Ce qui semble heureusement encore normal pour beaucoup. Mais ici à L’Haÿ, non ! Ce n’est pas comme ça que l’«on» fait. Ici, on apprend, par le journal municipal, que le square Elmelik est concerné par un projet d’aménagement.  
Un arbre classé « remarquable » parce que son tronc tordu mérite cette appellation (une plaque placée au pied de l’arbre qui en témoignait, a mystérieusement disparu récemment) va être arraché.  
L’Eglantier de la Révolution risque fort de passer aussi à la trappe, de même que les plaques commémoratives de la fin de la guerre d’Algérie elles aussi iront voir ailleurs… Quant à celle qui commémore la déportation de Léon Elmelik ?  
On va y installer des jeux d’enfants, sous les fenêtres des locataires de Valophis – évidemment non consultés – et bien sûr ravis ! 
Pour ceux qui veulent bien se documenter un peu, des troncs d’arbres remarquables ont été enlevés ailleurs puis remis en place de façon protégée pour assurer leur durabilité.  
On sait faire ça, et on peut le faire ici, à condition de le vouloir et d’en comprendre l’importance !


----------------------------------------------------------------------------------------------------

AH BON, IL Y A DES TOILES "MONUMENT HISTORIQUE" A LA MAIRIE ?

Et oui, là encore si on veut bien s’intéresser aux trésors de la Maison commune (l’est-elle encore ?) on apprend – surtout quand on est maire – que les toiles peintes de la salle des mariages ont été classées à l’inventaire des Monuments Historique le 22 mars 2011. 
Et donc que leur conservation requiert des contraintes de stabilité hygrométrique, de température et de ventilation.
 
Ce qui n’est malheureusement pas très compatible avec l’usage que le M le maire a fait de cette salle, dans le cadre du bouleversement - bien long - puisqu’il n’a que sommairement commencé avant d’être stoppé par l’absence de permis de construire validé - de ce fameux Guichet unique. 

Ce pourquoi les l’Haÿssiens s’enquiquinent depuis 5 à 6 mois en passant derrière la mairie, puis par une galerie étroite et surchauffée… 

Or la canicule oblige à réfrigérer cette salle des mariages, transformée comme quelques autres en bureaux. Sauf que pour cette salle et les toiles peintes « Monument Historique » qui s’y trouvent, ça ne va pas, elles risquent de se dégrader rapidement ! Mais à la Mairie, on ne savait pas…
 
Bien sûr ALUDHAY a adressé un courrier – un de plus – au maire pour attirer son attention et faire remettre les choses dans de bonnes conditions. Quelle suite sera donnée ???

Aucun commentaire:

Publier un commentaire