mardi 15 décembre 2020

UN POÈME DE SOPHIE FORTE

 

 POINT FIXE DEVANT LE SQUARE S. ALLENDE - UNE CONTRIBUTION de Sophie FORTE

On m’a parlé de roses qui avaient besoin d’arbres, et d’une ville qui avait besoin de ses roses. On m’a dit: la roseraie est en danger si on coupe les arbres. On m’a dit: il y a des gens qui se battent pour préserver le parc, il y a deux petites dames âgées qui viennent le samedi s’installer devant et qui font signer des pétitions pour préserver les arbres. Et à qui on interdit à présent de s’asseoir là, avec leurs chaises pliantes. On m’a dit : elles ne lâchent rien, mais le maire ne veut rien entendre.

Et moi je n’habite pas L’Haÿ-les-Roses, je ne connais pas ces dames, mais j’ai eu le cœur tout retourné quand on m’a raconté cette histoire.

Comment est-il possible de songer encore à arracher le peu de verdure qui reste dans nos villes, malgré les supplications de leurs habitants et l’état désastreux de la planète?

Sans les arbres, les roses se meurent, sans les roses, L’Haÿ-les-Roses se meurt. Et la vie devient encore moins jolie pour des milliers de gens alors que quelques autres s’enrichissent. Il est tellement injuste qu’une poignée d’êtres humains puissent avoir le pouvoir de vie ou de mort sur des arbres centenaires.

Malheureusement, c’est ainsi...

Mais s’il vous plaît, quel que soit l’enjeu, quel que soit le profit, pour les arbres, les roses, les habitants de votre ville, pour la planète, choisissez le pouvoir de la vie.

Sophie Forte - Comédienne, auteure – Novembre 2020


Aucun commentaire:

Publier un commentaire